Aller au contenu
Accueil » 8 avantages de la permaculture pour gagner du temps et se simplifier la vie

8 avantages de la permaculture pour gagner du temps et se simplifier la vie

Au mileiu des fleurs, un livre et une tasse de thé sont disposés sur une chaise.

Il est fréquent d’entendre que pour jardiner, il faut avoir du temps. Et il est certain que le temps est une ressource que nous ne pouvons pas acquérir. Les journées font 24 heures pour tout le monde. Alors on ne vas pas se mentir, au début du printemps pour les semis et les plantations, et au mois de juillet et août lors des récoltes abondantes, il faut être présent et on ne chôme pas. Toutefois, avec un jardin géré en permaculture, pas besoin de consacrer des heures interminables au potager. J’ai le plaisir de partager avec vous comment la permaculture me permet de gagner un temps précieux grâce à quelques principes et techniques. Installez-vous confortablement, je vais tout vous expliquer.

Ma conception de potager à moi

Je me suis lancée dans l’aventure permaculturelle avec l’idée de créer un potager à la fois productif et simple à gérer. Après une étape cruciale d’observation en permaculture, qui prend du temps (idéalement une année complète pour couvrir les quatre saisons – j’y suis encore !), je passerai au design et notamment à la définition des zones. En repensant la disposition de mes cultures, j’adopte l’idée des « zones fonctionnelles », plaçant les plantes nécessitant plus d’attention à portée de main. Un exemple concret : les aromatiques sont (déjà) proches de la cuisine, et les futures poules ne seront pas très loin pour faciliter les soins et la collecte d’œufs.

Pour créer un design, nous tenons compte du vent, de l’exposition au soleil, de nos ressources et des limites. Un potager mieux disposé grâce à toutes ces informations nécessite moins d’interventions du jardinier pour protéger les plantes fragiles par exemple. Tout cela cumulé, épargne beaucoup d’allers-retours.

Le non-travail du sol

Continuons avec le non-travail du sol. Le premier avantage est évident : une superbe économie d’énergie physique. Si vous avez déjà retourné votre jardin avec une bêche, vous voyez ce que je veux dire! Deuxième avantage : un gain de temps ! Même s’il faut quand même consacrer un peu de son temps à décompacter le sol à la grelinette et au besoin le couvrir. Pour débuter et préparer le sol avant l’arrivée du printemps, étendre une bâche opaque sur la future zone de culture peut suffire pour nettoyer une parcelle. C’est nettement plus rapide que la bêche et même plus rapide que passer le motoculteur.

La magie du paillis

Ah, le paillis, un véritable allié ! Je recouvre le sol autour de mes plantes avec une belle couche de paillis. Résultat? Finies les corvées d’arrosage incessantes et les batailles interminables contre les mauvaises herbes. Et pour planter, il me suffit d’écarter le foin pour repiquer très facilement mes plants. Plus les années passent, plus la terre est belle, facile à travailler et moins il y a d’adventices. Le désherbage peut vraiment être une tâche ingrate et chronophage. Je préfère planter et regarder pousser que d’arracher des herbes pendant des heures ! Le sol reste humide, les racines restent heureuses, et moi, je peux prendre une pause bien méritée.

Les plantations astucieuses

Avant l’arrivée du printemps, je dresse une liste minutieuse de ce que nous souhaitons faire pousser, en prenant en considération nos besoins spécifiques. Ensuite, je planifie la disposition de nos légumes en tenant compte de leurs exigences, de leurs affinités et de leurs interactions. Imaginez cela comme l’établissement d’un plan de table : on regroupe les plantes qui s’entendent bien et on évite les incompatibilités. Par exemple, la mouche et le puceron de la carotte ne tolèrent pas l’odeur des poireaux, et la carotte agit naturellement comme répulsif contre la teigne du poireau. Les rassembler crée une stratégie de lutte préventive sans nécessiter d’autres efforts de ma part.

J’ajoute également des fleurs mellifères en bordure des parcelles. Non seulement c’est esthétique, mais cela rend les abeilles heureuses, favorise la fécondation de mes légumes, et beaucoup de ces fleurs contribuent à lutter contre certains parasites ou prédateurs voraces. Certaines parviennent même à se ressemer naturellement ! Encore du temps de gagner !

Un arrosage intelligent

L’eau de pluie, mes amis, c’est une bénédiction. Mon mari a installé des cuves pour la collecter, et nous avons mis en place un système d’irrigation goutte-à-goutte sous le paillage. Fini le gaspillage d’eau et les heures perdues avec un tuyau ou le remplissage des arrosoirs ! Mes plantes reçoivent juste ce dont elles ont besoin, et moi, je m’économise du temps pour apprécier le spectacle.

Les insectes et complices bienveillants

J’ouvre les portes de mon potager à une vaste communauté d’insectes et d’animaux bénéfiques. Année après année, les abeilles, les coccinelles et d’autres prédateurs naturels élisent domicile ou font halte… Ils accomplissent le travail de lutte contre les ravageurs à ma place. Ici, pas besoin d’acheter et de disperser des pesticides, simplement une nature qui veille sur elle-même. Et moi, je savoure le spectacle tout en dégustant mes fruits et légumes sans préoccupations.

Parmi les « mauvaises » herbes, nombreuses sont celles qui peuvent nous nourrir ou offrir un festin aux auxiliaires. Par exemple, je ne me débarrasse plus des orties, véritables délices pour le sol, les plantes, et bien sûr, pour nous. De plus, ces herbes nous livrent des informations précieuses sur la santé de nos sols. Pour en savoir plus, je vous invite à consulter mon article dédié au liseron ici.

Compostage et terre heureuse

J’ai hésité à vous parler de celui-ci mais il n’y a pas de petites économies de temps et de charge mentale. Je ne sors quasiment plus la poubelle grâce au compostage ! C’est doublement gagnant, car en recyclant nos déchets organiques quasi gratuits et qu’on jetterait à la poubelle, on prépare avec très peu d’efforts un super apport de nutriments pour la terre. Plus besoin de dépenser des fortunes en engrais.

Le bonheur de la cueillette

Et maintenant, le meilleur pour la fin : la cueillette directe au potager. Plus besoin de faire la tournée des « supers » marchés à la recherche de produits frais. Je choisis mes légumes et quelques fruits directement dans le potager et ils arrivent en cuisine ultra frais et gorgés de saveurs. C’est comme un petit paradis gustatif à ma porte !

En conclusion, la permaculture transforme mon potager en un havre de simplicité, de productivité et de saveurs. Je gagne du temps, de l’énergie et des moments de bonheur purs. Et en prime, chaque année, les bénéfices s’accentuent davantage. La permaculture rend la vie au potager aussi délicieuse que les récoltes qu’elle offre. Je vous ai convaincu ? Prêt à me rejoindre dans cette aventure de permaculture ? Dites-le moi dans les commentaires ! ??

Cet article participe à l’événement inter-blogueurs « Mes astuces pour se simplifier la vie et gagner du temps », organisé par Magdalena du blog archiminiorga.com. Ce blog partage chaque semaine des contenus inspirants pour alléger nos vies et s’organiser au quotidien. Si, comme moi, vous êtes adeptes des to-do-lists, je vous conseille son article « le guide complet pour faire une to-do-liste simple, claire et efficace. » Pour les personnes qui ont parfois, souvent, très régulièrement, le besoin vital de vider leur maison, je vous invite également à lire cet article « le désencombrement, un catalyseur dans la transformation personnelle« , vous y trouverez une explication.

Crédit photo : Image par Esther Merbt de Pixabay
Spread the love
Étiquettes:

5 commentaires sur “8 avantages de la permaculture pour gagner du temps et se simplifier la vie”

  1. Retour de ping : Les conseils de 9 blogueurs pour simplifier votre vie et gagner du temps - Archi Mini Orga

  2. Merci pour cet article fascinant sur la permaculture ! Vos explications sur la manière dont la permaculture peut simplifier la vie au jardin sont très inspirantes. J’apprécie particulièrement l’idée du non-travail du sol et de l’utilisation du paillis pour réduire les efforts et le temps consacrés au jardinage. Avez-vous des conseils pour ceux qui débutent en permaculture, notamment sur la façon de commencer à intégrer ces principes dans un petit jardin ? Votre approche rend la permaculture accessible et motivante, merci de partager votre expérience et vos connaissances !

    1. Bonjour Virginie, je vous remercie pour votre message qui me fait très plaisir car c’est exactement ce que je souhaite avec ce blog :
      rendre la permaculture accessible et attractive.
      Il y a de nombreuses possibilités même avec un petite jardin : on optimisera la place en utilisant la verticalité, on peut densifier les plantations sur une même parcelle, profiter de la place laissée par les légumes récoltés pour en planter d’autres… Mais chaque situation est différente, n’hésitez pas à me donner plus d’informations. J’échange facilement et volontiers sur les réseaux instagram et facebook.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.