Aller au contenu
Accueil » Un récit hivernal et un jardin fructueux

Un récit hivernal et un jardin fructueux

Un rouge gorge est posé sur une branche en hiver.

C’est l’hiver, et comme chaque année, je suis au ralentie. Tout comme les plantes qui se reposent pendant la période hivernale avant le grand réveil du printemps. Toutefois, je me suis remise derrière mon clavier pour un nouvel article. Je vais vous raconter ce qui s’est passé en cette fin d’année 2023 et en ce début de mois de janvier 2024 dans notre jardin de plus en plus fructueux.

Des cadeaux de noël qui portent leurs fruits

Des nouveaux arbres

Comment se sont passées les fêtes de fin d’année chez vous ? Ici, tout s’est bien passé et on a bien profité. Nous avons été gâtés pour Noël avec deux arbres fruitiers : un nectarinier et un prunier quetsche. L’hiver, s’il ne gèle pas, est la bonne période pour installer des fruitiers car la plupart d’entre eux sont en dormance, ce qui favorise une meilleure reprise. Étant des racines nues, nous avons dû nous occuper de ces petits nouveaux rapidement pour qu’ils ne souffrent pas trop. Ca monte à 4 le nombre d’arbres fruitiers plantés en 2023 avec un prunier reine-claude doré et un poirier.

  1. Choix de l’emplacement : Sélectionnez un endroit ensoleillé avec un sol bien drainé. Assurez-vous que l’emplacement offre suffisamment d’espace pour la croissance future de l’arbre.
  2. Préparation du sol : Travaillez le sol en profondeur pour éviter de plier les racines et ajoutez du compost pour améliorer sa structure et sa fertilité uniquement si cela est nécessaire, si le sol est pauvre.
  3. Choix de l’arbre : Optez pour des variétés d’arbres fruitiers adaptées à votre climat local ainsi qu’à votre sol. Choisissez des arbres sains, avec des racines bien développées.
  4. Plantation : Creusez un trou deux fois plus large que la motte de l’arbre et de la même profondeur. Placez l’arbre au centre du trou, remplissez-le avec le sol que vous avez retiré mélangé à du compost.
  5. Arrosage : Arrosez abondamment après la plantation pour bien tasser le sol autour des racines. Continuez à arroser régulièrement, surtout si l’hiver est sec.
  6. Paillage : Appliquez une couche de paillis autour de la base de l’arbre pour aider à retenir l’humidité, protéger les racines du froid et réduire la croissance des mauvaises herbes. Attention, certains paillage attirent les rongeurs (la paille) ou peuvent provoquez une faim d’azote (copeaux de bois et sciure).
  7. Protection contre le froid : Si vous prévoyez des températures extrêmement basses, envisagez de protéger les jeunes arbres avec un voile d’hivernage et/ou un bon paillage adapté.

La taille des arbres

Si les températures ne chutent pas trop bas, l’hiver constitue le moment idéal pour tailler les arbres fruitiers déjà implantés. La taille est une étape cruciale visant à favoriser une croissance saine, améliorer le rendement et maintenir une structure solide. Nous nous faisons accompagner et aider, car il existe des bonnes pratiques à connaître pour prendre soin de nos arbres sans les fragiliser.

Même sans une expertise approfondie, il est possible de supprimer les branches mortes, malades ou endommagées, ainsi que les branches plus anciennes et non productives. Il est essentiel d’utiliser des outils propres et bien affûtés pour minimiser le risque de maladies et d’éviter de tailler par temps froid ou humide. C’est tout ce que je suis en mesure de partager actuellement au sujet de la taille, mais je ne manquerai pas de vous faire part de ce que j’apprendrai.

Évidemment, rien ne se perd. Nous profitons des branches mortes pour alimenter notre cheminée ou les entassons dans un coin pour créer des habitats pour la faune.

Après la plantation de nos jeunes arbres, nous avons nettoyé autour du cognassier en ramassant les coings tombés au sol avant qu’ils ne se détériorent complètement. Cela évite d’attirer maladies, parasites et de voir apparaître de nombreux rejets d’arbres. Une tâche qui n’avait probablement pas été effectuée avant notre arrivée, car il y a vraiment beaucoup de rejets.

J’avais rédigé un article sur des idées de cadeaux pour les jardiniers. Vous pouvez le retrouver ici et je confirme que les arbres fruitiers sont un très beau cadeau. Dans le même esprit, j’ai reçu le très beau livre « La Forêt Jardin » de Martin Crawford. Si cela vous intéresse, je pourrai rédiger une synthèse.

Des ressources insoupçonnées dans nos jardins

Il est véritablement fascinant de constater comment des éléments perçus initialement comme des inconvénients peuvent se métamorphoser en ressources inattendues et précieuses dans nos jardins. La clématite des haies en est un exemple exceptionnel !

Nous avons plusieurs pieds de clématite que nous avons d’abord considéré ces lianes comme un inconvénient. Les lianes s’emmêlent partout, nous nous prenons les pied dedans et même après un bon coup de débroussailleuse ça ne cesse de repousser ! Mais comme souvent le problème s’est révélée être la solution. Cette clématite, avec ses longues lianes, est parfaite pour la vannerie. Nous l’avons rapidement testée en réalisant deux petites couronnes décoratives avec des lianes brutes, c’est-à-dire non écorcées et sans préparation. C’est facile, rapide et nous voilà avec des déco 100% naturelles et gratuites. Voilà une nouvelle activité créative que j’espère avoir le temps d’approfondir. Sinon, je pourrai proposer toute cette matière à des personnes déjà versées dans la vannerie, qui pourraient donc être intéressées.

Petite couronne tressée avec une liane de clématite

Pensons aussi à nos amis les oiseaux pendant la trêve hivernale. Il est crucial de leur aménager des abris dans le jardin et de leur fournir de la nourriture. Il est essentiel de veiller à ce qu’elle ne se mouille pas. Nous optons pour des aliments adaptés aux oiseaux sauvages, tels que des graines de tournesol, des graines de millet, des cacahuètes non salées et des boules de graisse. En revanche, évitons la fausse bonne idée du pain. Bien entendu, veillons à disposer les mangeoires suffisamment éloignées des chats. Ensuite, il ne nous reste plus qu’à savourer le spectacle des allées et venues des oiseaux.

Du coté des légumes

J’ai semé quelques fèves par-ci par-là, davantage pour tester les différentes expositions du potager que pour la récolte elle-même. La mâche et le cresson agrémentent toujours nos salades. Les poireaux enrichissent nos diverses recettes hivernales, et j’ai même eu la surprise de récolter un fenouil. Actuellement, je surveille avec impatience le développement des choux romanesco, des radis, des épinards, et du chou kale.

L’envie de semer me titille. Si je mets la main sur du fumier frais, je serai sûrement tentée par quelques semis sur couche chaude. Cette technique permet d’amorcer des cultures alors que les températures sont encore basses. Le fumier offre une chaleur constante à l’intérieur d’un châssis, permettant ainsi de démarrer les semences dès le mois de janvier.

Bonjour 2024

On pourrait se demander si l’on pense au potager en ce mois de janvier, et la réponse est oui ! C’est le moment propice pour établir le plan du potager, réfléchir à la rotation des cultures, dresser l’inventaire des graines et passer commande pour les nouvelles, en plus de nettoyer tout son matériel. Ainsi, l’ennui n’est toujours pas au programme!

Par ailleurs, de nombreux projets occupent mes pensées. J’ai entamé une brève formation pour apprendre à cueillir et faire sécher les plantes sauvages ou cultivées, afin de concocter nos propres tisanes et profiter pleinement de leurs bienfaits. Je suis à la recherche d’une formation locale pour découvrir davantage de plantes sauvages et apprendre à les reconnaître.

D’autres projets, encore à l’état d’idée, impliqueront amis et voisins. Je ne manquerai pas de partager l’évolution de ces projets s’ils prennent vie.

Je voudrais conclure cet article sur une note chaleureuse et une note spéciale en vous présentant mes vœux les plus sincères pour l’année 2024. Que cette nouvelle année soit emplie de réussites, de découvertes enrichissantes, et de moments de joie au jardin comme dans la vie quotidienne.

Et pour bien entamer 2024, j’ai une surprise pour vous ! Je souhaite vous gâter en vous offrant un dossier personnalisé qui pourrait vous aider à surmonter un obstacle, répondre à une problématique particulière. Pour participer, partagez en commentaire ce qui vous empêche d’intégrer la permaculture dans votre vie, de commencer votre potager, ou les difficultés auxquelles vous faites face. Ensemble, construisons un chemin vers une vie plus harmonieuse avec la permaculture. Votre contribution sera le point de départ d’une démarche collaborative et enrichissante.

Crédit image mise en avant : Image par Aneta Rog de Pixabay
Spread the love

4 commentaires sur “Un récit hivernal et un jardin fructueux”

  1. C’est un plaisir de suivre l’avancée de ce beau projet, merci ! Si je pouvais je me lancerai aussi dans cette aventure 🙂 Ces retours d’expériences et ces conseils sont vraiment précieux ! Une synthèse du livre sur la Forêt jardin m’intéresserais beaucoup aussi ! C’est un livre que j’avais repéré il y a longtemps mais que je n’ai pas acheté parce que je n’aurais pas pu appliquer les conseils. Pour reconnaître les plantes sauvages c’est sûr que rien ne vaut les sorties et formations sur le terrain avec des spécialistes, associations naturalistes locales, conservatoires botaniques, conservatoires d’espaces naturels ou autres.
    Le gros obstacle pour moi est l’absence de terrain pour pratiquer la permaculture, mais dès que possible je m’y mettrais 🙂 Meilleurs vœux également pour cette année 2024

    1. Merci pour ton commentaire Florian. Promis, je ferai un retour et une synthèse du livre de Martin Crawford. La sortie découverte des plantes sauvages comestibles (ou pas) se précise. J’ai trouvé mon guide. Ton obstacle m’inspire une idée d’article : Faut-il avoir un terrain pour pratiquer la permaculture ? Reste à l’écoute ! 😉

  2. Super, merci ! Bonne nouvelle, j’ai hâte de te lire sur ce sujet si tu penses en parler un peu 🙂 Ah oui ça m’intéresse, je vais suivre ça !

  3. Retour de ping : Comment le potager m'a ouvert les portes de la permaculture ? - Abeille Eco-Lierre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.